Françoise Albin – Professeure de chant – Ecole Houdon

Françoise Albin – Professeure de chant – Ecole Houdon
Françoise Albin – Professeure de chant – Ecole Houdon

Françoise Albin – Professeure de chant – Ecole Houdon

Pouvez-vous vous présenter et nous parler de votre parcours professionnel ?
Je m’appelle Françoise Albin et cela fait 32 ans que je suis professeure de musique au sein de l’école Houdon. J’ai fait des études de musicologie et à l’origine je n’avais pas envie d’être enseignante. Finalement j’ai passé le CAPES ainsi que le concours de la Ville de Paris, que j’ai obtenus.
Dès le début de ma carrière j’ai été affectée à l’école Houdon. J’ai fait le choix de rester dans cet établissement, je le trouve dynamique malgré un renouvellement fréquent des équipes. Il y a une bonne ambiance et je suis très heureuse de faire ce métier. J’aime beaucoup le contact avec les enfants, on échange, on met en place des projets, c’est très festif. On travaille sur l’éveil, l’écoute, la danse, la technique instrumentale, la mise en en scène de spectacles. C’est très varié !
Ce qui est intéressant à l’école élémentaire c’est que l’on suit les enfants tout au long de leur scolarité. Nous, professeurs de musique de la ville de Paris, sommes armés et formés pour les sensibiliser à la culture musicale.

Pouvez-vous nous parler de la particularité d’être Professeur de la Ville de Paris ?
La Ville de Paris dispose d’un système qui lui est propre concernant l’apprentissage des enfants à la musique, aux arts plastiques et à l’éducation physique et sportive. Ces disciplines sont enseignées par des professeurs de la Ville de Paris spécialisés dans leur domaine. Je trouve que c’est un plus pour les enfants et les enseignants. Nous travaillons en équipe et réalisons des projets ensemble à partir des programmes… En revanche, je trouve dommage que ce fonctionnement ne se soit pas étendu à l’ensemble de la France, car lorsque nous sommes enseignant d’une classe, il est difficile d’être polyvalent. Malheureusement on ne peut exceller dans toutes les disciplines, cela prive les enfants de certaines connaissances et techniques.

Depuis combien de temps participez-vous à la Grande Chorale des enfants lors de la Fête des Vendanges de Montmartre ?
Cela fait 12 ou 13 ans que je participe à la Grande Chorale des enfants lors de la Fête des Vendanges, mais c’est seulement la 11ème année que je fais partie de l’équipe organisatrice et que j’y suis cheffe de chœur. Avant, cet événement se déroulait sur le temps périscolaire, et donc moins d’enfants y participaient. Il est important qu’un maximum d’événements soient organisés sur le temps scolaire. D’une part, cela rend l’organisation plus simple, et d’autre part cela permet à la majorité des enfants d’y participer. La Fête des Vendanges de Montmartre c’est vraiment un “moment plaisir” que j’aime leur faire partager. On est là, on chante tous ensemble. Ça représente un gros travail d’apprentissage mais tout le monde s’y met et le groupe de musiciens dirigé par Mickaël Marty nous accompagne brillamment.

Qu’est-ce qui vous a motivé à vous investir davantage dans cet événement ?
Tout d’abord, je suis toujours motivée pour organiser ou participer à des événements. Je trouve important d’aller chanter à Montmartre, le lieu est magique, c’est magnifique, festif et joyeux. Au début, toute l’école y allait, maintenant il y a tellement d’écoles qui veulent participer que ce sont uniquement les CE2, CM1 et CM2 qui y vont. De plus mes collègues du 18e s’investissent beaucoup et nous démarrons ensemble l’année scolaire avec ce beau projet.

Que représente pour vous la Fête des Vendanges de Montmartre ?
N’étant pas parisienne je n’y venais pas souvent en tant que spectatrice, mais maintenant je suis heureuse d’y participer en tant que cheffe de chœur. C’est un évènement citoyen dans un arrondissement particulier avec une vraie vie de quartier. Il s’y passe beaucoup de choses, ça permet d’investir les rues de Paris autrement et puis il y a au final le Bal joyeux et dansant !

Les couleurs sont le thème de cette 86e édition. Que vous évoque-t-il ?
C’est un thème moins sérieux que les années précédentes, plus joyeux ! Nous allons chanter cinq chansons cette année : L’orange du marchand et Le petit oiseau de toutes les couleurs, de Gilbert Bécaud ; Vert c’est vert, du Magicien d’Oz ; La Java des couleurs, de Catherine Vaniscotte et Hervé Suhubiette ; Les couleurs du temps, de Guy Béart. Ce sont des chansons gaies, ça me plaît énormément.

Et si vous aviez à évoquer une couleur sans réfléchir, quelle serait la votre ?
Le bleu, la couleur du ciel.