Dounia Mebtoul – La Cantine du 18

Dounia Mebtoul  – La Cantine du 18
Dounia Mebtoul – La Cantine du 18

Dounia Mebtoul – La Cantine du 18

Pouvez-vous vous présenter et nous parler de votre parcours professionnel ?
Je m’appelle Dounia Mebtoul, j’ai 27 ans et je suis cofondatrice de la Cantine du 18, mais je suis aussi présidente de l’association les Frigos Solidaires. Mon parcours est simple, j’ai passé mon bac, je suis partie un an à Londres, où j’ai découvert le premier frigo solidaire. Quand je suis rentrée, j’ai fait un bachelor en école de commerce. En parallèle, avec ma mère, nous avons ouvert la Cantine du 18. Une fois mon bachelor terminé je me suis totalement investie dans le projet.

Pouvez-vous nous parler de l’histoire de la création de la Cantine du 18 ?
Il y sept ans, quand nous avons repris le lieu avec ma maman, c’était une crêperie. Maman avait rencontré l’ancien propriétaire en formation de crêperie qui lui a dit six mois après, je vais vendre mon établissement. Maman voulait s’associer, nous nous sommes donc associées ensemble, mais moi je commençais tout juste mon école de commerce. Lorsqu’on a repris les lieux, nous avons conservé le concept de crêperie, mais ce fût un flop total.

Cela faisait alors un an que j’étais à l’école de commerce, j’avais déjà acquis quelques connaissances. On a alors décidé de créer un projet qui nous ressemblait davantage, à l’image de notre relation mère-fille, avec une cuisine comme à la maison. C’est pourquoi on a appelé notre lieu la Cantine du 18. Pour nous, la cantine ça représente un lieu de vie, un lieu de partage, un lieu d’influence, un lieu de rencontre. Cela fait six ans que l’on y met toute notre âme, notre corps, notre énergie, et nos clients nous disent souvent qu’il y a une âme qui se dégage de ce lieu, il y a des énergies et c’est ça le plus important pour nous.

La Cantine du 18, ça n’est pas uniquement un restaurant. C’est en quelque sorte un tiers-lieu qui permet de lier la restauration, l’associatif et l’événementiel. On accueille diverses manifestations et activités chaque semaine. On ne fait jamais rien sous la contrainte, on le fait parce qu’on a envie de les accueillir, parce que le lieu s’y prête. Il y a de la place pour tout le monde.

À l’origine, nous ne sommes pas du 18e, mais c’est vraiment un super quartier. Le meilleur de loin ! Une fois que tu t’installes dans le 18e, tu n’as plus jamais envie de le quitter.

C’est la première année que vous accueillez le festival Décibels Vendanges. Qu’est-ce qui vous a motivé à vous investir dans cette manifestation ?
Nous sommes vraiment ravies de participer pour la première fois à la Fête des Vendanges de Montmartre. Ce qui nous a donné envie, c’est d’y contribuer en tant que lieu de la Fête pour le festival Décibels Vendanges. La Cantine s’y prête complètement et pour nous ça s’inscrit dans notre projet. En plus de ça, ça reflète entièrement la philosophie de notre établissement.

Que représente pour vous la Fête des Vendanges de Montmartre ?
Montmartre, en un mot c’est Montmartre. C’est un quartier de Paris à part, sa diversité en fait un quartier singulier. La Fête des Vendanges de Montmartre c’est ce côté village, famille qu’on arrive à retrouver au quotidien quand on vit dans le 18e. J’y vais tous les ans depuis longtemps maintenant. Je suis une grande fan de cette manifestation.

Les couleurs sont le thème de cette 86e édition. Que vous évoque-t-il ?
La vie !

Et si vous aviez à évoquer une couleur sans réfléchir, quelle serait votre couleur ?
Le rouge et le vert ! Le rouge pour la passion, et c’est aussi une couleur dominante au restaurant. Le vert c’est tout ce qui représente la vie, la nature qui est l’essence même d’un lieu, pour moi un lieu sans nature n’a pas de vie, c’est un lieu sans âme.

Retrouvez le programme de Décibels Vendanges à La Cantine du 18 pendant la Fête des Vendanges de Montmartre.